Epidemic, la smooth sensation

By 29/04/2015MUGSHOT

Accusés : Hex One & Teknition

Zone d’activité : Miami

Premiers forfaits : 2006

Association de malfaiteurs : Mic Theory Records

Un virus foudroyant, un mal mystérieux, un germe qui attaque sa victime par les tympans et se répand dans le corps à un rythme de 90 bpm. Voilà un substance comment il faut décrire Epidemic. Deux MC’s, pourvoyeurs de lyrics réfléchis et de beats jazzy à souhait qui fleurent bon le piano-bar enfumé.

Vous me direz qu’ils n’ont pas inventé la recette. Certes. Mais tout de même, ces gars-là ont le don de la remettre au gout du jour, avec une subtile dose de soleil de Floride qui confère un brin de sonorités West Coast à leurs productions (NB: je ne sous-entend pas que la Floride se trouve sur la côte Ouest. On s'est compris).

C’est en partie avec Illin Spree, sorti en 2011, mais surtout avec l’excellent Something For Tha Listeners, sorti en 2013, que le duo s’est fait remarquer dans la scène underground américaine. Si les doigts de fée du producteur Esco n’y sont clairement pas pour rien, les skills des deux lascars méritent aussi leur part de louanges.

Ils ont d’ailleurs mis tout le monde d’accord à l'été 2014 avec leurs contributions au Definition of a Rap Flow Contest lancé sur internet par R.A. The Rugged Man: le jury, composé de poids lourds comme Talib Kweli, Murs ou Vinnie Paz, a classé Tek en cinquième position et Hex en second. Excusez du peu.

 

Antécédents

Cool Out (2013) : Un hymne international du chill propulsé au boom-bap et à la guitare. Deux accords suffiront à vous faire starter le barbecue en bord de plage.

History Lesson (2014) : Une pure smootherie produite par Tantu, qui retrace avec doigté l’éclosion du Hip-Hop et de sa philosophie. Jamais un cours d’histoire n’a été aussi kiffant.

Deep Cover ’14 : le hit du dernier projet de Hex One et 5th Element, Hologramz. Une prod assez standard mais une avalanche de coups portés par un Hex au sommet de sa forme.

 

Complices présumés

Damu The Fudgemunk, Ohmega Watts, Soul Chef,  Lone Catalysts, …

 

Charges retenues

  1. Des productions léchées, souvent jazzy ou planantes, toujours odieusement efficaces. Qu’il s’agisse de 5th Element, Esco ou Tantu, nos deux MC’s savent bien s’entourer. Ne pas fermer les yeux et hocher la tête à chaque nouvelle track relèvera d’un travail d’Hercule.
  2. Deux flows bien carrés, avec des lyrics intelligents. Les néophytes de l’Anglais se réjouiront d’abords d’y comprendre quelque chose, puis de réaliser que c’est plein de sens.
  3. Si tu ne viens pas à eux aujourd’hui, c’est eux qui viendront à toi demain. Epidemic se profile comme une étoile montante et l’épidémie se répand à la vitesse du son. Autant commencer à digger maintenant, histoire de pouvoir dire que tu les connais déjà quand tes potes hipsters commenceront à en parler.

Leave a Reply