Cinq albums que tu ne devais pas rater en 2015

By 24/12/2015ALBUM

A l'origine, je pensais pondre un bon vieux Top 5 de fin d'année comme les blogs Hip-Hop en ont coutume, dans lequel vous auriez, pour une énième fois, lu les éloges faites aux grosses tueries de 2015. Puis j'ai réfléchi, et je me suis dit qu'on avait déjà pas mal satisfait l'exercice en vous commentant les derniers opus de Kendrick, Joey Bada$$ et Oddisee tout au long de l'année.

Du coup j'ai plutôt entrepris de vous présenter les cinq albums que vous auriez bien pu rater et que, justement, IL NE FALLAIT PAS RATER. Peut-être pas les meilleurs, peut-être pas les plus aboutis, mais tout de même, cinq petites pépites diggées au tamis par votre humble serviteur à travers le torrent de skeuds sortis cette année.

Logic – The Incredible True Story

SamSpratt_Logic_TheIncredibleTrueStory_AlbumArt_SquareVous l’aviez peut-être déjà entendu l’année dernière sur l’impressionnant Under Pressure. Le jeune prodige Logic nous est revenu avec un nouvel opus qui, à mon sens, met énormément de monde à l’amende. J’aurais envie de parler d’un « Kendrick Lamar blanc » mais l’expression serait peut-être mal choisie. Toujours est-il que The Incredible True Story vient nous livrer un concentré de fraicheur, tissé de beats audacieux et d’un flow assassin. Logic est la preuve vivante que le Rap n’était pas mieux avant, et qu’il y a encore des MC’s capables de proposer quelque chose de véritablement nouveau sans être superficiel. Même les réactionnaires y trouveront leur compte, par exemple avec «Young Jesus», un pur banger casseur de nuques dans la lignée 90’s style.

 

BADBADNOTGOOD & Ghostface Killah – Sour Soul

badbadnotgood-ghostface-killah-sour-soul-coverBeaucoup de nostalgiques disent que Ghostface est le seul membre du Wu qui mérite encore d’être suivi. Je ne sais pas si c’est vrai, mais cet album montre en tous cas que le mec mérite encore son titre de Killah. Propulsé par les instrus blues-jazz de BADBADNOTGOOD, un trio de gamins prodigieux venus tout droit de Toronto, Sour Soul est une expérience (voire une expérimentation) musicale de haut vol, qui fusionne mélodies cosmiques et raps de vétéran. Le résultat c’est des tracks intenses à tomber par terre, du genre « Gunshowers » (avec Elzhi) ou « Mind Playing Tricks ». Si le combo MC + Jazz Band n’est pas un concept foncièrement nouveau (on se souviendra par exemple de Lipopette Bar, d’Oxmo et les Jazz Bastards), Sour Soul rehausse la barre d’un cran en défrichant des répertoires jusqu’ici peux explorés par le Rap.

 

Akua Naru – The Miner’s Canary

a1946545424_10Il me tient à cœur de mettre en valeur le Hip-Hop au féminin. Pas juste pour la beauté du geste, mais tout simplement parce que les ladies font de la PUTAIN de bonne musique et ne sont pas assez entendues. J’en profite donc pour faire figurer au moins une « Femcee » dans ce Top 5, l’envoutante Akua Naru, sans doute la Lauryn Hill du 21e siècle. Beats jazzy, textes puissants et engagés, voyage à travers la culture noire, The Miner’s Canary est un petit bijou musical comme peu de mecs savent encore en produire (et ça c’est pour l’audio, je ne vous parle même pas des lives de la demoiselle).  Comme elle le dit elle-même dans la dernière track, cet album c’est juste « One woman and a microphone ». Et il n’y a vraiment pas besoin de plus.

 

Red Pill – Look What This World Did To Us

a2739033084_10On l’a connu en 2013 par Ugly Heroes, l’une des collaborations du grand Apollo Brown, avec laquelle il a fait dire à tout le monde « putain, mais d’où sort ce gars ? ». Ce premier album solo est venu y donner une réponse claire : Red Pill est un pur produit de Détroit, chargé de l’amère poésie qui va avec. Look What This World Did To Us nous conte le quotidien d’un poor white désabusé qui se lève tous les matins sans trop savoir pourquoi, mais qui noircit pas mal de feuilles avec la ferme intention de le découvrir. Un style simple et (très) efficace, soutenu par d’excellentes prods boom bap. « Blues », « Meh » ou encore « Rhum & Coke » sont autant de pages du journal de bords d’un MC authentique, qui n’attend plus la gloire et a choisi de parler d’autres trucs.

 

L’Orange & Jeremiah Jae – The Night Took Us In Like Family

JJLO_Album_Cover_1024x1024L’Orange, beatmaker français signé chez Mello Music, persiste et signe, après plusieurs très bons skeuds, notamment The City Under The City, sorti en 2013 avec Stik Figa. Il a cette fois enrôlé la fine gâchette de Jeremiah Jae, talent discret, anciennement affilié à Brainfeeder, l’écurie de Flying Lotus (excusez du peu). Le flow nonchalant de Jae et les beats de piano bar de L’Orange, complétés par un chapelet de skits de films style années 30, nous plongent dans un univers à la « Arsenic et vieille dentelles » assez saisissant. En ressort donc une nouvelle pépite de cette mine d’or confirmée qu’est Mello Music Group. Si le projet de L’Orange et Kool Keith, Time? Astonishing!, semble faire plus de bruit en cette fin d’année, je lui préfère pour ma part la vibe un peu moins psychédélique mais tout aussi originale de The Night Took Us In Like Family.

Leave a Reply